top of page

StudioMOM développe un casque de vélo en Mycélium




Repenser les accessoires


Le vélo est une alternative durable à la voiture. Mais les vélos eux-mêmes ne sont généralement pas produits de manière très durable. C'est pourquoi StudioMOM forme les entreprises de l'industrie du vélo à adopter des pratiques commerciales circulaires via la méthode CIRCO.

StudioMOM a même conçu des alternatives durables, comme le vélo de transport à hydrogène LAVO. Mais en dehors du vélo lui-même, les accessoires peuvent également être améliorés. Comme les casques de vélo...

Pour des raisons de sécurité, il faut les remplacer tous les 3 ans. Cela crée un flux de déchets de mousse et de plastique, un mélange difficile à recycler.

Serait-il possible de développer un casque moins nocif pour notre planète ?




Innover pour une nouvelle conception


Un casque de vélo doit protéger correctement la tête, peser peu, bien ventiler et être confortable. Avec ces exigences à l'esprit, StudioMOM a cherché une alternative avec Politecnico di Milano.


« Au MOM Lab, nous expérimentons depuis un certain temps déjà la bio-fabrication à base de mycélium et de flocons de chanvre. Le mycélium est le réseau racinaire d'un champignon qui se nourrit des flocons. Chauffé brièvement ce mélange arrête le processus de croissance, ce qui donne un matériau aux propriétés similaires à l'EPS, la mousse nocive des casques de vélo conventionnels ».

Tout d'abord, StudioMOM a fait des échantillons de matériaux dans différentes compositions jusqu'à trouver la composition parfaite.

Dans la conception du casque de vélo, ils ont utilisé la puissance croissante et la structure en réseau du mycélium. Les différentes couches créent non seulement des connexions transversales supplémentaires dans le matériau, mais elles laissent également de la place pour le flux d'air nécessaire au refroidissement de la tête.



Pour la sangle et la coque extérieure de MyHelmet, ils ont utilisé du textile de chanvre, un matériau biodégradable auquel se fixe du mycélium. La structure tissée du textile confère également au casque une résistance supplémentaire.

« Nous laissons les différentes parties grandir fermement ensemble. La sangle est fixée pendant le processus de croissance et se connecte aux autres parties à la bonne position. Le processus de production avec du mycélium est très différent de celui avec EPS. Par conséquent, nous avons combiné de manière innovante les techniques existantes pour produire le casque ».



Changer les codes

« Sans danger pour votre tête, bon pour l'environnement. En développant un nouveau procédé, nous avons fait un pas considérable vers l'utilisation de la bio-fabrication du mycélium à l'échelle industrielle ».

Avec MyHelmet, l'industrie du vélo dispose désormais d'un moyen d'arrêter le flux infini de déchets plastiques et EPS nocifs et systématiques. La technologie à base de mycélium s'inscrit dans la nouvelle réalité circulaire à laquelle nous aspirons : les émissions de CO2 sont minimales, elle ne nécessite aucune matière première fossile et le résultat final est 100 % biodégradable.





59 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page