Rechercher

Innovation : Modern Synthesis développe le tissage microbien.



La startup de biomatériaux Modern Synthesis a investit plus de 4 millions de dollars pour accélérer le développement de sa plateforme de textiles microbiens. Fondée par Jen Keane et Ben Reeve, la société basée à Londres cultive les matériaux du futur avec des microbes dans le but de réduire l'impact environnemental de l'industrie de la mode et la pollution plastique.



Qu'est-ce que le tissage microbien ?


Le processus de tissage microbien, en instance de brevet, de Modern Synthesis utilise une bactérie appelée k.rhaeticus, qui est l'une des bactéries présentes dans le thé kombucha, pour «tisser» des bio-textiles et des composites personnalisables.

C'est un processus de bio fabrication, ce qui signifie que le matériau est en fait issu d'un microbe; les bactéries k.rhaeticus traînent derrière elles de minuscules fibres de nanocellulose à mesure qu'elles grandissent pour former une fibre non tissée dense.

Pour façonner un objet, l'équipe crée un "échafaudage" en utilisant la robotique pour placer les fibres dans la forme ou la structure souhaitée. Les bactéries développent ensuite des matériaux autour de ces structures pour créer un biomatériau solide et léger.



"Techniquement parlant, ce n'est pas vraiment du tissage, mais c'est une bonne analogie", explique l'entreprise. « Si nous parlons de notre processus dans le contexte du tissage traditionnel : nous tissons la chaîne et les bactéries font pousser la trame. »


Les applications possibles


L'un des plus grands avantages du tissage microbien est que, tout comme l'impression 3D, vous pouvez faire pousser un objet à la forme exacte, ce qui signifie très peu ou pas de déchets.

En 2018, Keane a exploré les applications du biomatériau issu de k.rhaeticus en développant la partie supérieure d'une chaussure.

Modern Synthesis a également exploré la possibilité de donner une couleur à la chaussure en collaborant avec le bio-ingénieur Marcus Walker, qui a utilisé des techniques de génie génétique pour développer une bactérie "auto-teignante" qui produit à la fois de la cellulose et de la mélanine.

À l'aide de cette bactérie, Modern Synthesis a fait pousser une chaussure noire 100 % compostable colorée par un seul organisme génétiquement modifié (OGM).



Modern Synthesis a révélé qu'elle avait déjà livré ses matériaux à un "client clé de vêtements de sport" pour le prototypage.

Au fur et à mesure de son évolution, la startup poursuivra sa mission de remplacement des matériaux d'origine animale et pétrochimique et contribuera à une économie circulaire en éliminant les déchets.



"Ce que nous essayons de faire, c'est de construire cette nouvelle classe de matériaux qui est plus durable mais nous permet également de concevoir et de créer de nouvelles façons, ce qui est vraiment excitant pour l'industrie de la mode", a déclaré Keane. «En fin de compte, nous essayons de construire un système de fabrication circulaire avec ces microbes. Cela nous permet de tirer parti des déchets agricoles et d'utiliser les microbes comme unités de fabrication et de les transférer dans des matériaux plus viables. D'un autre côté, nous voyons l'opportunité d'avoir des matériaux de nouvelle classe qui sont entièrement cellulosiques, afin que nous puissions les recycler dans des silos et des flux de recyclage.


24 vues0 commentaire